Les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent: Publication du 5e Rapport d’évaluation (2014) du GIEC et Portail d’accès au document du GIEC
RESPONSABILITE SOCIETALE (548 articles)
Share

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent: Publication du 5e Rapport d’évaluation (2014) du GIEC et Portail d’accès au document du GIEC

Conscients du problème que pourrait poser le changement climatique à l’échelle du globe, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ont créé, en 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Le GIEC est un organe intergouvernemental qui est ouvert à tous les pays membres de l’ONU et de l’OMM.
Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue.
Depuis la publication du quatrième Rapport d’évaluation, les modèles climatiques ont progressé. Les modèles reproduisent les structures spatiales et tendances de température en surface observées à l’échelle des continents sur de nombreuses décennies, y compris le réchauffement relativement rapide observé depuis le milieu du XXe siècle et le refroidissement suivant immédiatement les éruptions volcaniques majeures. Le 27 septembre 2013, le premier volet du 5ème rapport du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat) a été rendu public, 7 ans après le précédent, il confirme l’échec des politiques publiques mises en œuvre jusqu’à présent. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent et leur croissance n’a jamais été aussi rapide qu’au cours de la dernière décennie en voici quelques conclusions:

– Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent depuis des décennies voire des millénaires. L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, la couverture de neige et de glace a diminué, le niveau des mers s’est élevé et les concentrations des gaz à effet de serre ont augmenté Chacune des trois dernières décennies a été successivement plus chaude à la surface de la Terre que toutes les décennies précédentes depuis 1850. Les années 1983 à 2012 constituent probablement la période de 30 ans la plus chaude qu’ait connue l’hémisphère Nord depuis 1 400 ans ( degré de confiance moyen )

– Le réchauffement océanique constitue l’essentiel de l’augmentation de la quantité d’énergie emmagasinée au sein du système climatique et représente plus de 90 % de l’énergie accumulée entre 1971 et 2010 ( degré de confiance élevé ). Il est quasiment certain que l’océan superficiel (jusqu’à 700 m de profondeur) s’est réchauffé entre 1971 et 2010, et ce dernier s’est probablement réchauffé entre les années 1870 et 1971.

– Au cours des deux dernières décennies, la masse des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique a diminué, les glaciers de presque toutes les régions du globe ont continué à se réduire et l’étendue de la banquise arctique et celle du manteau neigeux de l’hémisphère Nord au printemps ont continué à diminuer

– Depuis le milieu du XIXe siècle, le rythme d’élévation du niveau moyen des mers est supérieur au rythme moyen des deux derniers millénaires ( degré de confiance élevé). Entre 1901 et
2010, le niveau moyen des mers à l’échelle du globe s’est élevé de 0,19 m

– Les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone, de méthane et de protoxyde d’azote ont augmenté pour atteindre des niveaux sans précédent depuis au moins 800 000 ans. La concentration du dioxyde de carbone a augmenté de 40 % depuis l’époque préindustrielle. Cette augmentation s’explique en premier lieu par l’utilisation de combustibles fossiles et en second lieu par le bilan des émissions dues aux changements d’utilisation des sols. L’océan a absorbé environ 30 % des émissions anthropiques de dioxyde de carbone, ce qui a entraîné une acidification de ses eaux

– On détecte l’influence des activités humaines dans le réchauffement de l’atmosphère et de l’océan, dans les changements du cycle global de l’eau, dans le recul des neiges et des glaces, dans l’élévation du niveau moyen mondial des mers et dans la modification de certains extrêmes climatiques (voir figure RID.6 et tableau RID.1). On a gagné en certitude à ce sujet depuis le quatrième Rapport d’évaluation. Il est extrêmement probable que l’influence de l’homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le milieu du XX e siècle

– À la fin du XXIe siècle, l’augmentation de la température à la surface du globe sera probablement supérieure à 1,5 °C par rapport à l’époque allant de 1850 à 1900. Il est probable qu’elle dépassera 2 °C , et il est plus probable qu’improbable qu’elle dépassera 2 °C. Le réchauffement se poursuivra après 2100

– Le niveau moyen mondial des mers continuera à s’élever au cours du XXIe siècle ). Selon tous les RCP, il est très probable que cette élévation se produira à un rythme plus rapide que celui observé entre 1971 et 2010, en raison du réchauffement accru de l’océan et de l’augmentation de perte de masse des glaciers et des calottes glaciaires

Publication du Volume 1 sur les preuves physiques du réchauffement:
Intégralité du 5eme rapport volume 1 du GIEC sur le changement climatique : Cliquer Ici
Retrouver le résumé à l’attention des décideurs dans sa version originale en anglais sur le site du GIEC: Cliquer ici
Télécharger la traduction officielle en français du résumé à l’attention des décideurs (PDF – 2,52 Mo): GIEC WG1AR5_SPM_brochure_fr
Le deuxième volet du GIEC sur les impacts du réchauffement a été rendu public lors d’une conférence à Yokohama (Japon)dimanche 28 mars. Pour les rapports 2013 et 2014 : Cliquer ici

Pas moins de 5 rapports seront établis. Le rapport de synthèse final (SYR) sera officialisé le 27-31 Octobre 2014 à Copenhague, au Danemark.
Portail d’accès au document du GIEC : Cliquer ici

 

RESPONSABILITE SOCIETALE

RESPONSABILITE SOCIETALE