Transparence, rendre compte, la RSE : « Le cas Apple :Tendre vers, améliorer ses impacts et non nier la réalité » – William MONLOUIS-FELICITE
RESPONSABILITE SOCIETALE (548 articles)
Share

Transparence, rendre compte, la RSE : « Le cas Apple :Tendre vers, améliorer ses impacts et non nier la réalité » – William MONLOUIS-FELICITE


Transparence, rendre compte, la RSE : « Le cas Apple :Tendre vers, améliorer ses impacts et non nier la réalité » -William MONLOUIS-FELICITE
Notoriété, réputation et Responsabilité Sociale des Entreprises à l’international : Les risques d’une non maîtrise des impacts

La pression d’ONG telles que Good Electronics et Greenpeace qui ont publiés plusieurs rapports accablants en 2010 (Rapport Greenpeace) et le retentissement médiatique de plusieurs cas notamment en Chine (http://www.ipe.org.cn/),  ont amené Apple a faire enfin preuve de  transparence. La firme internationale  propose désormais un rapport détaillé sur les conditions de travail (Telecharger le rapport 2013) chez ses sous-traitants et publie désormais leur liste.

Parmi les sous-traitants d’Apple tels que Foxconn plusieurs ne respectaient pas les horaires légaux de 60 heures de travail hebdomadaire maximum.  Pour mémoire, Foxconn est très suivi par les organisations de défense des droits du travail, après une vague de suicides (au moins 13) dans ses usines chinoises en 2010, dues, selon les militants, aux dures conditions de travail. Selon le dernier rapport Apple affirme que 92% de ses fournisseurs  respectent actuellement la durée maximale de temps de travail ( 60 heures hebdomadaires), contre seulement 3% l’année d’avant

En plus d’auditer, de former et faire appliquer des conditions de travail plus équitables, Apple a rejoint  la Fair Labor Association (FLA) qui engage les entreprises à proposer des conditions de travail respectables. À leur demande, la FLA a lancé une vérification sans précédent en 2012 de son plus grand fournisseur d’assemblage final, Foxconn. Les résultats indépendants de la FLA et les rapports d’étape ont été publiés sur son site Internet.

Transparence, rendre compte, la RSE : Tendre vers, améliorer ses impacts et non nier la réalité »

« Le travail des enfants est un sujet avec lequel les compagnies ne souhaitent pas être associées, aussi je pense que le problème ne bénéficie pas de l’attention qu’il mérite, il en résulte que cela n’est pas traité comme il se doit », rapporte  Jeff William, chef des opérations chez Apple.

Il y a un un peu plus de 1 an de cela, Apple avait reconnu que 40 % de ses sous-traitants employaient encore des enfants en 2010. Ils ont  identifié en 2012 11 établissement  qui ont fait travailler 106 mineurs.  Face à ses cas Apple dit demander  aux fournisseurs de renvoyer les enfants à l’école et de financer leur éducation dans une école choisie par la famille. Il précise en outre que les enfants doivent continuer à recevoir un revenu correspondant à ce qu’ils ont reçu quand ils ont été employés. Sur le travail forcé 8 fournisseurs ont été identifié en 2012 et il est exigé d’indemniser les travailleurs lésés.

En 2013 sur le site d’apple dédié à la  Responsabilité vis à vis des fournisseurs nous pouvons lire ceci :

« Notre approche de travail des mineurs est clair: Nous n’avons pas à le tolérer, et nous travaillons pour l’éradiquer de notre industrie »

« Pour mettre fin à la pratique des heures supplémentaires excessives, nous avons maintenant le suivi des heures de travail hebdomadaires pour 1 millions de travailleurs dans notre chaîne d’approvisionnement et nous publions les résultats sur notre site chaque mois. Nous partageons notre travail heures stratégie et des outils avec les autres à l’intérieur et à l’extérieur de notre industrie. Bien que le travail des mineurs soit rare dans notre chaîne d’approvisionnement, nous signalons tous les incidents que nous trouvons, ainsi que les mesures prises pour corriger les problèmes et empêcher de futures occurrences. Nous donnons aussi à nos fournisseurs les noms des agents de main-d’œuvre connus pour recruter des travailleurs mineurs. En outre, nous publions les noms et adresses de nos 200 fournisseurs de production… »  lire la suite

Pendant l’année 2012 et autant en 2014, Apple a conduit plus de 400 audits contre 229 en 2011 et 39 en 2007 date de démarrage. Ces audits ont été effectués  tout au long de sa chaine de production et d’assemblage, les points des conditions de travail sont auditées , le respect des droits de l’homme, celui de la règlementation sociale en vigueur dans les pays, mais également l’impact environnemental de l’établissement, les procédures d’urgence et de sécurité et le respect des objectifs fixés,  etc…

Apple aurait donc fait une entrée fulgurante mais  tardive dans le domaine de la responsabilité sociétale tout du moins en ce qui concerne le point fournisseur de sa chaine de valeur . Mieux vaut tard que jamais…

Article de William MONLOUIS-FELICITE

RESPONSABILITE SOCIETALE

RESPONSABILITE SOCIETALE